samedi 10 novembre 2018

La France périphérique vue par La Fontaine

Résultat de recherche d'images pour "rat de ville rat des champs"



Le centralisme français, ce goût de la ville ; comme d’ailleurs celui des impôts est un héritage de la monarchie.
Entre les métropoles-monde et la France périphérique, le débat reste le même que celui que disait, en son temps La Fontaine
Nulle leçon n’est jamais vraiment apprise…

Autrefois le Rat de ville
Invita le Rat des champs,
D'une façon fort civile,
À des reliefs d'Ortolans.
Sur un Tapis de Turquie
Le couvert se trouva mis.
Je laisse à penser la vie
Que firent ces deux amis.
Le régal fut fort honnête,
Rien ne manquait au festin ;
Mais quelqu'un troubla la fête
Pendant qu'ils étaient en train.
À la porte de la salle
Ils entendirent du bruit :
Le Rat de ville détale ;
Son camarade le suit.
Le bruit cesse, on se retire :
Rats en campagne aussitôt ;
Et le citadin de dire :
Achevons tout notre rôt.
— C'est assez, dit le rustique ;
Demain vous viendrez chez moi :
Ce n'est pas que je me pique
De tous vos festins de Roi ;
Mais rien ne vient m'interrompre :
Je mange tout à loisir.
Adieu donc ; fi du plaisir
                                           Que la crainte peut corrompre

mardi 6 novembre 2018

Immeubles effondrés de Marseille, au-delà de la fatalité.

Résultat de recherche d'images pour "marseille"


Trois immeubles se sont effondrés à Marseille, rue d’Aubagne.
D’autres seraient menacés.
Deux morts ont été trouvés sous les décombres, mais il y a des disparus et donc le nombre de morts augmentera.
Marseille est une ville pauvre dont le parc immobilier reflète cette pauvreté.
Souvent aussi le manque d’argent des propriétaires explique le mauvais état des biens, simplement.
Cela conduit à des immeubles délabrés, parfois squattés, parfois une manne pour les marchands de sommeil, ou de mort.
Mais il y a ici comme une sidération.
Le premier immeuble qui s’est effondré et qui a entraîné d’autre effondrement avait été racheté à l’initiative semble-t-il de la ville par le biais d’un bailleur social en raison justement de son mauvais état.
Mais pourquoi n’y a-t-il pas eu de travaux conservatoires notamment de mise hors d’eau ?
Puisque l’on dit que les eaux tombées depuis quelques semaines ont joué un rôle dans cette tragédie et qu'il semble que la toiture était défaillante ou absente.
Le deuxième immeuble avait fait l’objet d’un arrêté de péril levé et les habitants avaient pu revenir, comme dans un piège.
Cela interroge bien sûr désormais.
Les habitants de Marseille éprouvent une grande tristesse et de grandes interrogations devant ces interventions publiques qui n’ont pu éviter le drame.
Il ne peut s’agir seulement de fatalité.