dimanche 28 octobre 2018

Qu'est-ce que j'en sais, moi?

Résultat de recherche d'images pour "doute"

Que savons-nous qui soit certain ?
Dans ce que nous pensons, et ensuite formulons, qu’est-ce qui relève de la réalité tangible, incontestable, prouvée ?
Et qu’est-ce qui relève d’une opinion subjective, née de son lieu de naissance, de son histoire, de sa sensibilité propre ?
L’essentiel probablement de nos propos que nous assénons aux autres comme vérités absolues.
Qu’est-ce que j’en sais, moi, si l’Univers a un début ou pas ¸S’il a été créé ou pas ?
Rien.
Et, en fait, cela vaut pour la plupart des questions humaines, philosophiques, économiques, politiques.
J’ai une opinion, oui, faite de ressentis et de connaissances plus ou moins approximatives.
Relative.
Il nous faut toujours apprendre, des idées des autres aussi.
Car elles valent bien les nôtres, si l’on réfléchit un peu.
Vous me direz : et l’universalité ?
Souvent celui de l’Occident triomphant du XIX ème siècle.
L’homme est pétri de croyances propres qu’il veut imposer aux autres.
C’est sa nature obscurantiste qui lui fait craindre le questionnement peut-être.
C’est si rassurant d’avoir des certitudes, des conviction inébranlables et des vilipender ceux qui n’ont pas les mêmes, les sots, les méchants.
Mais n’est-ce pas un intemporel obscurantisme ?



samedi 6 octobre 2018

Les petits tracas d'un avocat marseillais

Résultat de recherche d'images pour "central téléphonique"

Avocat.
Laissons là les poncifs, les bouches de la profession, les pénalistes glorieux, les bâtonniers décorés au verbe haut, les magiciens du droit qui croient que mettre un nouveau mot sur une démarche en change la nature.
Chacun sait que le mouvement s’impose puisque le temps s’accélère, pas de quoi en faire une bouillabaisse.
La majorité des avocats exercent en TPE et cela correspond à la plupart des besoins d’ailleurs. c’est ainsi.
Je viens de raccrocher mon téléphone.
39 01, comme un coté 36 15 pour les antiques.
Service pro d’orange, peu performant pour les petites structures d’ailleurs.
C’est que depuis jeudi 15 heures le cabinet n’a plus ni téléphone, ni internet.
39 01 et twitter et Facebook pour faire réagir.
Un répartiteur a grillé quelque part est-il dit, mais nulle odeur pourtant.
Intervention reportée qui devait être hier et tous les appels au cabinet transférés sur mon portable.
Un à 1 heures du matin, je n’ai pas répondu, désolé.
Et puis le banquier, ah le banquier.
On lui demande des relevés bancaires bimensuels.
Un problème chez lui dit-il, donc nous ne recevons que des relevés du 15 à la fin du mois.
Et internet ?
Là les références de certains clients qui paient par virement ne comportent pas le numéro de facture à l’inverse du relevé papier.
Alors l’expert-comptable mémorialiste ne s’y retrouve pas.
Mémorialiste, je sais, c’est bizarre, mais tout est un peu bizarre.
Et puis ce dossier délicat que l’on prépare hier.
Clôture en juillet, audience le 8 octobre.
Un lundi pour la chambre immobilière ?
Etrange.
8 octobre …2019.
Le logiciel avait importé la bonne date.
L’humain n’avait pas voulu y croire dans le tréfond de sa conscience professionnelle de TPE du droit…
Rien de bien grave, rien de bien rare.
Comme des rouages qui manquent un peu d’huile…
Vous voyez, je suis avocat représentatif de cette profession.
Comme tant d’anonymes représentent la leur qui doivent tracer leur chemin malgré les clameurs, les fureurs, du temps numérique et ses artifices trompeurs.
Avec un ennuyeux sérieux.
Mais ce matin, du coté de 6 heures ma douce associée (et épouse, rien de croustillant) de dire : « à peine levé, tu fais le couillon ».
C’est rassurant !