samedi 22 juillet 2017

Le doux esprit de commerce selon Montesquieu

Résultat de recherche d'images pour "montesquieu"


L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes : si l’une a intérêt d’acheter, l’autre à intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur les besoins mutuels.
Mais, si l’esprit de commerce unit les nations, il n’unit pas de même les particuliers. Nous voyons que dans les pays où l’on n’est affecté que de l’esprit de commerce, on trafique  de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales : les plus petites choses, celles que l’humanité demande, s’y font ou s’y donnent pour de l’argent.
L’esprit de commerce produit dans les hommes un certain sentiment de justice exacte, opposé d’un côté au brigandage, et de l’autre à ces vertus morales qui font qu’on ne discute pas toujours ses intérêts avec rigidité, et qu’on peut les négliger pour ceux des autres.

Montesquieu, De l’esprit des lois

lundi 17 juillet 2017

Pas de devoir de secours pour la prestation compensatoire !

Résultat de recherche d'images pour "prestation compensatoire"
Dans le cadre d’une procédure de divorce, l’un des époux peut être condamné à servir à l’autre une pension alimentaire, qualifiée de devoir de secours laquelle cessera quand le divorce sera prononcé.
En effet, à ce stade, interviendra la prestation compensatoire qui se substituera à la pension alimentaire.
Cette prestation est  destinée à compenser, autant qu'il est possible, la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives.
La prestation compensatoire est fixée selon les besoins de l'époux à qui elle est versée et les ressources de l'autre en tenant compte de la situation au moment du divorce et de l'évolution de celle-ci dans un avenir prévisible.
A cet effet, le juge prend en considération notamment :
- la durée du mariage ;
- l'âge et l'état de santé des époux ;
- leur qualification et leur situation professionnelles ;
- les conséquences des choix professionnels faits par l'un des époux pendant la vie commune pour l'éducation des enfants et du temps qu'il faudra encore y consacrer ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne ;
- le patrimoine estimé ou prévisible des époux, tant en capital qu'en revenu, après la liquidation du régime matrimonial ;
- leurs droits existants et prévisibles ;
- leur situation respective en matière de pensions de retraite en ayant estimé, autant qu'il est possible, la diminution des droits à retraite qui aura pu être causée, pour l'époux créancier de la prestation compensatoire, par les circonstances visées au sixième alinéa.

Et la Cour de cassation rappelle donc encore dans un arrêt du 20 avril 2017 (16–16554) que le devoir de secours prenant fin avec le divorce il n’y a pas lieu de prendre en compte, au titre des ressources de l’épouse, la pension alimentaire versée pendant le cours de la procédure.

samedi 15 juillet 2017

Fleur bleue ...



Nougaro et Bansky

mardi 11 juillet 2017

Humeur du soir



Mais ici, il fait grand bleu !

samedi 8 juillet 2017

Le citoyen raisonnable permet la folie de l'Etat

Résultat de recherche d'images pour "philosophe Alain"



"Chacun a pu remarquer, au sujet des opinions communes, que chacun les subit et que personne ne les forme. Un citoyen, même avisé et énergique quand il n'a à conduire que son propre destin, en vient naturellement et par une espèce de sagesse à rechercher quelle est l'opinion dominante au sujet des affaires publiques. "Car, se dit-il, comme je n'ai ni la prétention ni le pouvoir de gouverner à moi tout seul, il faut que je m'attende à être conduit ; à faire ce qu'on fera, à penser ce qu'on pensera." Remarquez que tous raisonnent de même, et de bonne foi. Chacun a bien peut-être une opinion ; mais c'est à peine s'il se la formule à lui-même ; il rougit à la seule pensée qu'il pourrait être seul de son avis. Le voilà donc qui honnêtement écoute les orateurs, lit les journaux, enfin se met à la recherche de cet être fantastique que l'on appelle l'opinion publique.

"La question n'est pas de savoir si je veux ou non faire la guerre." Il interroge donc le pays. Et tous les citoyens interrogent le pays au lieu de s'interroger eux-mêmes. Les gouvernants font de même, et tout aussi naïvement. Car, sentant qu'ils ne peuvent rien tout seuls, ils veulent savoir où ce grand corps va les mener. Et il est vrai que ce grand corps regarde à son tour vers le gouvernement, afin de savoir ce qu'il faut penser et vouloir. Par ce jeu, il n'est point de folle conception qui ne puisse quelque jour s'imposer à tous, sans que personne pourtant l'ait jamais formée de lui-même et par libre réflexion. Bref, les pensées mènent tout, et personne ne pense. D'où il résulte qu'un Etat formé d'hommes raisonnables peut penser et agir comme un fou. Et ce mal vient originairement de ce que personne n'ose former son opinion par lui-même ni la maintenir énergiquement, en lui d'abord, et devant les autres aussi."

ALAIN

vendredi 7 juillet 2017

Les vacations judiciaires, c'est comme le train fantôme!

Résultat de recherche d'images pour "train fantôme"
Vous rappelez-vous le train fantôme ?
Un parcours sinueux dans la nuit avec plein d’imprévus et parfois un monsieur caché et déguisé qui vous faisait peur.
Pour les avocats, les vacations judiciaires, c’est pareil.
Dans le parcours sinueux et obscur des procédures de référé, il peut apparaître un personnage qui fait peur.
Il n’est pas déguisé, il porte une robe noire.
C’est le magistrat qui tient l’audience de vacations et que l’on a parfois sorti de quelque coin sombre.
Il ne va pas forcément faire peur par son aspect, ce serait discriminant de le dire.
Mais, parfois, certaines décisions relèvent du livre d’horreur.
C’est pourquoi, le plus souvent, quand adviennent les vacations, les avocats préfèrent reporter les dossiers… à la rentrée.

C’est simplement à cause du train fantôme et de ce monsieur caché qui fait peur.

mardi 4 juillet 2017

Sur la mort de la Juridiction de Proximité

Résultat de recherche d'images pour "juridiction de proximité"
L’enfer judiciaire est pavé de bonnes intentions encore plus que de mauvaises actions.
Ainsi, il y a quelques années, avait été créée la Juridiction de Proximité au prétexte de rapprocher le justiciable de la justice en faisant traiter ses difficultés par un magistrat non professionnel.
La réalité était probablement, comme à chaque réforme du secteur judiciaire, uniquement budgétaire masquée derrière des grands mots à la réalité fantôme.
Cette juridiction a été surnommée par les avocats « juridiction de l’approximation » tant certaines décisions présentées un caractère étrange, impressionniste, voire franchement surréaliste.
Et puis, quand le juge proximité s’estimait incompétent, s’installait à un va-et-vient avec le tribunal d’instance pour traiter de la difficulté et le justiciable attendait, attendait, attendait… et parfois mourait  en cours d’instance. (Exagération marseillaise)
Cette juridiction à compter de ce mois de juillet a été supprimée !
C’est une bonne chose, une sécurité pour le justiciable car le juge professionnel présente des garanties de compétence dont chacun bénéficie.
Des moyens supplémentaires ont-ils été dégagés pour compenser le départ de ces petites mains judiciaires ?

Bonne question; qui a la réponse ?