mercredi 31 mai 2017

L'homme descend du cochon!

Résultat de recherche d'images pour "singe avec cochon"
Deux espèces différentes peuvent produire des descendants fertiles : c’est l’hybridation.
Pour Eugene McCarthy l’homme serait le fruit d’un accouplement entre un chimpanzé et un cochon (plus probablement une chimpanzée et un cochon).
« C’est en se familiarisant avec une méthode que les naturalistes utilisent parfois pour deviner les parents d’un hybride inconnu qu’il a pensé aux cochons. Le déroulé est simple. Il faut tout d’abord identifier un animal qui semble très similaire et postuler qu’il s’agit d’un des deux parents. Ensuite, il s’agit de lister les façons dont l’hybride diffère de ce parent supposé: cette liste devrait décrire l’autre parent.
Ce faisant, il a remarqué que presque tous les traits parmi la centaine de traits non-chimpanzés listée désignent les cochons –en ce compris des ressemblances frappantes au niveau des reins, des cordes vocales, des muscles du visage ou du cou. Et McCarthy de se demander: «est-ce vraiment juste une coïncidence? J’ai beau essayer de ne croire en rien, c’est difficile pour moi de ne pas croire en ça».
L’homme, mélange d’un singe et d’un cochon ; après tout…


mardi 30 mai 2017

Affaire Ferrand: que se taise le vieux Bâtonnier bavard!

 Résultat de recherche d'images pour "secret professionnel avocats"
Un Bâtonnier à la retraite commente dans la presse les agissements de Monsieur Richard Ferrand, ministre en sursis, dont il a eu connaissance dans son exercice professionnel oubliant la notion de secret professionnel dont l’Avocat ne peut se libérer.
Pour une fois je suis d’accord avec Pascal Eydoux :

« Pascal EYDOUX, président du Conseil national des barreaux, condamne les récentes déclarations d’un ancien bâtonnier interrogé à propos de décisions prises par M. Richard Ferrand lorsqu’il dirigeait en 2011 les Mutuelles de Bretagne. Il appartient au conseil de l’Ordre du barreau de Brest d’intervenir et d’apprécier si ces déclarations constituent une violation du secret professionnel auquel sont tenus les avocats.
Le secret professionnel est un droit fondamental du public. Il est à la base de la relation de confiance qui existe entre l’avocat et ses clients.
Le secret professionnel n'est pas un privilège de l'avocat mais une lourde charge qui lui est imposée dans l’intérêt de ses clients et du bon fonctionnement de notre société.
Violer le secret professionnel c’est mettre en péril l’un des principes fondamentaux sur lesquels reposent l’organisation de la justice et le fonctionnement de notre société démocratique.
Porter atteinte au secret professionnel, c’est saper les efforts du Conseil national des barreaux pour protéger et garantir l’existence de ce droit fondamental que les pouvoirs publics ne cessent d’attaquer, d’affaiblir ou de démanteler au nom de la transparence ou de la préservation de la sécurité.

Le Conseil national des barreaux et les conseils de l’Ordre sont unis, forts et intraitables dans la préservation du droit fondamental de leurs clients au respect des confidences et des secrets qu’ils leur confient et qui ne sauraient être divulgués ou trahis. »   

dimanche 28 mai 2017

Le testament de Charles De Gaulle

Résultat de recherche d'images pour "enterrement charles de gaulle"


La tombe du Général De Gaulle a été vandalisée et la France clame son indignation, avec bruit.
C’est ici l’occasion de rappeler ses dernières volontés dont celle du silence :

« "Je veux que mes obsèques aient lieu à Colombey-les-Deux-Eglises. Si je meurs ailleurs, il faudra transporter mon corps chez moi, sans la moindre cérémonie publique.
Ma tombe sera celle où repose déjà ma fille Anne et où, un jour reposera ma femme. Inscription : Charles de Gaulle (1890-….). Rien d’autre.
La cérémonie sera réglée par mon fils, ma fille, mon gendre, ma belle-fille, aidés par mon cabinet, de telle sorte qu'elle soit extrêmement simple. Je ne veux pas d'obsèques nationales. Ni président, ni ministres, ni bureaux d'assemblées, ni corps constitués. Seules, les Armées françaises pourront participer officiellement, en tant que telles ; mais leur participation devra être de dimension très modeste, sans musiques, ni fanfares, ni sonneries.
Aucun discours ne devra être prononcé, ni à l’Église ni ailleurs. Pas d'oraison funèbre au Parlement. Aucun emplacement réservé pendant la cérémonie, sinon à ma famille, à mes Compagnons membres de l'ordre de la Libération, au Conseil municipal de Colombey. Les hommes et femmes de France et d'autres pays du monde pourront, s'ils le désirent, faire à ma mémoire l’honneur d'accompagner mon corps jusque sa dernière demeure. Mais c'est dans le silence que je souhaite qu'il y soit conduit. Je déclare refuser d'avance toute distinction, promotion, dignité, citation, décoration, qu'elle soit française ou étrangère. Si l'une quelconque m'était décernée, ce serait en violation de mes dernières volontés."

Brassens: le bulletin de santé





Une mère, vois-tu, c'est l'humanité.

Résultat de recherche d'images pour "mère albert camus"


« Une mère, vois-tu, c’est l’humanité » écrivait Camus.
Mère, la sienne, silencieuse et aimante, sans trop de mots à dire ; mystérieuse en un sens.
Sagesse étrange.
Comme l’humanité, matrice aimante, insondable.
Est-ce à dire pourtant qu’un père n’est pas aussi l’humanité, sagesse aimante et également mystérieuse ?
Sans l’enfantement, sans le mystère de l’enfantement.
Sans, peut-être, cette douceur matricielle.
Mais, père ou mère, leurs yeux se ferment.

Alors, nous prenons conscience que nous sommes l’humanité