samedi 3 mars 2018

Sauvons le secret professionnel !

Résultat de recherche d'images pour "secret professionnel"


Vous me direz que l’amour est dans le pré avec la télé et que les temps sont à la transparence.
Vous me direz que sur BFM, chaque jour, chaque soir, un avocat est là qui parle, commente, plaide, devant le tribunal médiatique.
Vous me direz que le secret, c’est pas bien !!!
Et d’ailleurs, dans les dossiers pénaux médiatiques, ne voit-on pas des ministres même commenter; pérorer ?
Et même certains politiques de dire que les avocats ne doivent pas soulever tel et tel argument.
Quel désordre !
Et cela vient justement du fait que l’on porte atteinte au secret que l’avocat, comme d’autres professions, a charge de respecter scrupuleusement dans le tabernacle de sa conscience.
Et ce n’est pas seulement pour défendre un individu, mais aussi, on l’oublie trop, pour défendre l’ordre social.
Un avocat pénaliste, d’un autre temps certes, Émile GARÇON disait: « Le secret professionnel a uniquement pour base un intérêt social. Sans doute sa violation peut créer un préjudice aux particuliers, mais cette raison ne suffirait pas pour en justifier l'incrimination. La loi la punit parce que l'intérêt général l'exige. Le bon fonctionnement de la société veut que le malade trouve un médecin, le plaideur, un défenseur, le catholique, un confesseur, mais ni le médecin, ni l'avocat, ni le prêtre ne pourraient accomplir leur mission si les confidences qui leur sont faites n'étaient assurées d'un secret inviolable. Il importe donc à l'ordre social que ces confidents nécessaires soient astreints à la discrétion et que le silence leur soit imposé, sans condition ni réserve, car personne n'oserait plus s'adresser à eux, si on pouvait craindre la divulgation du secret confié. Ainsi l'article 378 [actuel 226.13] a moins pour but de protéger la confidence d'un particulier que de garantir un devoir professionnel indispensable à tous. Ce secret est donc absolu et d'ordre public ]. »
Il faut savoir s’en souvenir et veiller à protéger, voire réhabiliter la notion de secret

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire