jeudi 26 mai 2016

Sur l'internement fou de l'avocat de Grenoble.

Résultat de recherche d'images pour "bernard ripert avocat grenoble"
L’avocat Bernard Ripert, de rupture et en rupture, a été interné à Grenoble sur la foi d’une expertise contredite ensuite par une autre.
Sur les réseaux sociaux un magistrat trouvait « marrant » que le terme interné soit choisi au lieu d’hospitalisation sous contrainte et que cela n’était pas neutre.
C’est vrai, c’est un mot fort.
Comme il est également lourd qu’un avocat ait pu être mis en garde à vue pour un regard noir et silencieux envers un magistrat, qui probablement a eu peur du danger, le pauvre.
Mais en est-on là ?
Des avocats au comportement inhabituel, excessif, à la frange abordée ou dépassée, il en est pléthore.
C’est ce qui explique d’ailleurs que la profession n’ait pas intégralement sombré dans le conformisme le plus absolu et que parfois des voix de rébellion tonnent heureusement, même désagréables.
Au barreau de Marseille, il en est un que je ne nommerai pas mais qui devrait se faire du souci dans le contexte actuel…
J’en ai croisé un autre avec lequel j’ai échangé, ce matin, quelques mots que je sentais particulièrement inquiet…
Car, enfin de quoi parle-t-on ? D’un avocat excessif qui a fait peur à un juge, et donc qui part en garde à vue, et donc qui est interné comme un fou et j’emploie ce mot très volontairement.
L’internement pour délit d’opinion est quelque chose qui a existé, ailleurs, tristement.
Dans un contexte singulier de tension généralisée, d’Etat d’urgence, de crainte ressentie partout, le danger existe, diffus, de l’arbitraire.
Par un arbitraire absolument voulu, mais un arbitraire de chef de service, un peu médiocre, qui se réfugie, paponesque, derrière la règle et la norme et qui cherche alors à faire taire ceux qui interrogent, interpellent le système au risque peut-être, c’est vrai, de leur équilibre d’ailleurs.
Bernard Ripert a été interné parce qu’il a fait peur à un juge.
Voyez-vous, c’est quand même cela qui fait peur.
« Penser contre son temps, c'est de l'héroïsme. Mais le dire, c'est de la folie. »
[Eugène Ionesco]


1 commentaire:

  1. Le retour de l'Union Soviétique. Le système est merveilleux, celui qui dérange le système est donc fou. CQFD. Espérons qu'il échappera aux traitements abrutissants.

    RépondreSupprimer