lundi 15 mai 2017

La prise d'acte doit être adressée à l'employeur!

Le salarié a la possibilité de mettre fin au contrat de travail s’il a des reproches à formuler à son employeur. Le contrat est alors rompu et c’est le juge qui, ultérieurement, dira si les griefs du salarié sont fondés, auquel cas il s’agira d’un licenciement, ou s’ils ne le sont pas, auquel cas il s’agira d’une démission.
Mais il y a un principe, c’est que la prise d’acte doit être adressée directement à l’employeur.
Si, dans un procès prud’homal, elle est soulevée par un avocat dans ses écritures, cela ne pourra pas suffire.
La Cour de cassation a rappelé en effet « si la prise d’acte de la rupture du contrat de travail n’est soumise à aucun formalisme et peut valablement être présenté par le conseil du salarié au nom de celui-ci, c’est à la condition qu’elle soit adressée directement à l’employeur »
Si cela n’est pas fait, il ne pourra être considéré qu’il y a prise d’acte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire