Pages

dimanche 15 janvier 2017

La dinde de Cavanna

Résultat de recherche d'images pour "cavanna"
La dinde de Cavanna, ou éloge du complément d'objet direct:

« … s'il est une règle où l'on ne peut guère reprocher à la gram­maire de pécher contre la logique et la clarté, c'est bien celle-là. (...) Quoi de plus lumineux ? Prenons un exemple : «J'ai mangé la dinde.» Le com­plément d'objet direct «la dinde» est placé après le verbe. Quand nous lisons «J'ai mangé», jusque-là nous ne savons pas ce que ce type a mangé, ni même s'il a l'intention de nous faire part de ce qu'il a mangé. Il a mangé, un point c'est tout! La phrase pourrait s'arrêter là. Donc, nous n'accordons pas «mangé», et avec quoi dia

« … s'il est une règle où l'on ne peut guère reprocher à la gram­maire de pécher contre la logique et la clarté, c'est bien celle-là. (...) Quoi de plus lumineux ? Prenons un exemple : «J'ai mangé la dinde.» Le com­plément d'objet direct «la dinde» est placé après le verbe. Quand nous lisons «J'ai mangé», jusque-là nous ne savons pas ce que ce type a mangé, ni même s'il a l'intention de nous faire part de ce qu'il a mangé. Il a mangé, un point c'est tout! La phrase pourrait s'arrêter là. Donc, nous n'accordons pas «mangé», et avec quoi diable l'accorderions-nous ? Mais voilà ensuite qu'il précise «la dinde». Il a, ce faisant, introduit un complément d'objet direct. Il a mangé QUOI ? La dinde. Nous en sommes bien contents pour lui, mais ce renseignement arrive trop tard. Cette dinde, toute chargée de féminité qu'elle soit, ne peut plus influencer notre verbe «avoir mangé», qui demeure imperturbable. Notre gourmand eût-il dévoré tout un troupeau de dindes qu'il en irait de même : «mangé» resterait stoïquement le verbe «manger» conjugué au passé composé. Maintenant, si ce quidam écrit «La dinde ? Je l'ai mangée» ou «La dinde que j'ai mangée», alors là, il commence par nous présenter cette sacrée dinde. Avant même d'apprendre ce qu'il a bien pu lui faire, à la dinde, nous savons qu'il s'agit d'une dinde. Nous ne pou­vons plus nous dérober. Nous devons accorder,-hé oui. «Mangée» est lié à la dinde (c'est-à-dire à «I'» ou à «que», qui sont les représentants attitrés de la dinde) par-dessus le verbe, par un lien solide qui fait que «mangée» n'est plus seulement un élément du verbe «manger» conjugué au passé composé, mais également une espèce d'attribut de la dinde. Comme si nous disions «La dinde EST mangée».
François Cavanna, Mignonne, allons voir si la rose, Livre de Poche
ble l'accorderions-nous ? Mais voilà ensuite qu'il précise «la dinde». Il a, ce faisant, introduit un complément d'objet direct. Il a mangé QUOI ? La dinde. Nous en sommes bien contents pour lui, mais ce renseignement arrive trop tard. Cette dinde, toute chargée de féminité qu'elle soit, ne peut plus influencer notre verbe «avoir mangé», qui demeure imperturbable. Notre gourmand eût-il dévoré tout un troupeau de dindes qu'il en irait de même : «mangé» resterait stoïquement le verbe «manger» conjugué au passé composé. Maintenant, si ce quidam écrit «La dinde ? Je l'ai mangée» ou «La dinde que j'ai mangée», alors là, il commence par nous présenter cette sacrée dinde. Avant même d'apprendre ce qu'il a bien pu lui faire, à la dinde, nous savons qu'il s'agit d'une dinde. Nous ne pou­vons plus nous dérober. Nous devons accorder,-hé oui. «Mangée» est lié à la dinde (c'est-à-dire à «I'» ou à «que», qui sont les représentants attitrés de la dinde) par-dessus le verbe, par un lien solide qui fait que «mangée» n'est plus seulement un élément du verbe «manger» conjugué au passé composé, mais également une espèce d'attribut de la dinde. Comme si nous disions «La dinde EST mangée».

François Cavanna, Mignonne, allons voir si la rose, Livre de Poche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire