samedi 31 janvier 2015

De la Crimée à la Grèce





On devine bien que jamais la Russie ne rendra la Crimée, mais l'Europe la sanctionne, encore et encore, devant la situation ukrainienne, complexe, en liant les sanctions à la Crimée ; de telle sorte qu'un accord ne puisse pas intervenir.
On sait bien que jamais la Grèce ne pourra rembourser sa dette et que celle-ci est née de son impéritie, oui, mais aussi des erreurs de ceux qui l'ont intégrée dans la zone euro et ont conçu une politique d'austérité conduisant à un taux de chômage de 51 % des jeunes.
Comme si l'Europe était la voix du complexe militaro-industriel américain, comme si la démocratie devait s'effacer devant la technocratie financière que la notion de dévaluation interne met en érection, comme une courbe ascendante de chômage.
Il ne pourra pas du passé faire table rase et les lendemains grecs déchanteront probablement mais voyez-vous cette Europe des peuples est plus sympathique que celle de Monsieur Moscovici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire