mardi 3 juin 2014

Réforme territoriale, quand tonnent les avocats de Brest!



Le brave citoyen se dit qu'une réforme territoriale doit prendre en compte l'histoire des populations, la géographie, la démographie, les transports, les synergies économiques.
Qu’elle est un regard de la France à vingt ans.
Bref, il se dit qu'il ne s'agit pas simplement d'austérité budgétaire mais de perspectives.
Alors, le brave citoyen, quand il prend son café et entend dire que tout cela a été décidé dans l’urgence, au Palais de l'Élysée, entre amis et énarques, en écoutant Ségolène, en intégrant des données purement électorales pour ne pas, notamment, unir le Nord et la Picardie ; en ne voulant pas faire de peine à quelques amis politiques ; Le citoyen, il se prend la tête dans les mains !
D'ailleurs, s'il est probable que cette réforme ainsi sottement conçue, dont on a l'impression qu'elle vise plus, naïvement, à satisfaire l'immédiate actualité que l'avenir du pays n’aille  jamais, par la force des choses, à terme ; j'observe qu'elle génère déjà de la colère.
Je crois, si l’on continue ainsi, que vont reprendre les guerres de Hollande….

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire