mercredi 7 mai 2014

La dommageable augmentation de Monsieur Gattaz!


Un avocat,  c'est un patron de TPE.
En tant que tel, son raisonnement sera plus proche de celui des patrons du monde industriel commercial que de celui des salariés.
Il sera sensible aux notions de coût du travail, de rentabilité, etc...
Cependant la moyenne des salaires des patrons de TPE est de l'ordre de 4000 €, ce qui nous éloigne de Monsieur Gattaz.
Monsieur Gattaz et président du Medef et, parallèlement, dirigeant d'une grosse PME.
Sa fortune est, je crois, de l'ordre de 230 millions d'euros.
Son salaire est de plusieurs centaines de milliers d'euros et il s'est octroyé une augmentation de 29% en ce y compris la part variable de sa rémunération.
Cela pose deux questions:
- d'abord la hausse continuelle, c'est vrai, des rémunérations des grands patrons qui,nous dit-on, reste inférieure, en France, à ce qui se fait à l'étranger.
Je n'ai pas spécifiquement d'avis là-dessus, même s'il m'arrive de penser que les journées n'ont jamais que 24 heures  et que parfois ces rémunérations semblent bien éloignées  des réalités  vécues par le commun des mortels.
-Mais, ensuite, Monsieur Gattaz est aussi président du Medef et, à ce titre, donne la leçon aux uns et aux autres sur le coût du travail, recommandant un SMIC jeune, etc...
Et là, j'observe simplement que ceux  qui sont dans les sphères dirigeantes, qu'elles soient politiques, sportives, syndicales, médiatiques, entrepreneuriales,  n'ont plus aucune notion de l'exemplarité.
Puisque Monsieur Gattaz est riche, il pouvait tout simplement considérer qu'il n'avait pas besoin d'augmenter sa rémunération pendant le temps de son mandat de patron du Medef pour éviter justement d'être critiqué à ce titre et, dès lors, d'affaiblir la voix du syndicat patronal qu'il représente.
Et à travers lui, de tous les patrons.
Mais probablement cela ne lui est-il même pas venu à l'esprit, et c'est tout un symbole!
Car qu'on le veuille ou non, le dommage est là : comment voulez-vous que cet homme-là soit crédible quand il va parler, désormais, du coût du travail?
Autant que mon confrère Montebourg quand il parle économie!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire