dimanche 9 mars 2014

Celui qui ne sait plus prier.

Quand la mort est annoncée d'êtres que l'on aimait, paraissent alors revenir, en numineuse cohorte, ceux qui partirent et dont les ombres douces semblent vous envelopper, franchissant tendrement  les barrières du temps.
Puis, aussi, ce sentiment là, pourtant, de l'espérance enfuie, du retour à la terre sans nul ciel rempli d'anges innocents.
Ce sentiment de sagesse dite  philosophique avec, cependant, l'incertaine jalousie qu'éprouve, parfois, celui qui ne sait plus prier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire