jeudi 20 mars 2014

Chaque jour des enfants sont insultés.


Au petit Albert Cohen, 10 ans, le camelot lance, en 1905, dans la bonne ville de Marseille:

« Tu es un youpin, hein ? (...) je vois ça à ta gueule, tu manges pas du cochon, hein ? Vu que les cochons ne se mangent pas entre eux, tu es avare, hein ? Je vois ça à ta gueule, tu bouffes des louis d'or, hein ? Tu aimes mieux ça que les bonbons, hein ? Tu es encore un Français à la manque, hein ? Je vois ça à ta gueule, tu es un sale juif, hein ? Un sale juif, hein ? Ton père est de la finance internationale, hein ? Tu viens manger le pain des français, hein ? Messieurs dames, je vous présente un copain à Dreyfus, un petit youtre pur sang, garanti de la catégorie des sécateurs (...). » (Albert Cohen, o vous frères humains)

Alors, Albert Cohen court à la gare Saint-Charles, s'enferme dans les toilettes, faute de pouvoir s'enfuir et sur le mur, il écrit : « Vive les Français ! ».

La haine parait renaître, pas seulement contre les juifs , mais contre tout ce qui est autre, qui pense différemment.

Les églises de France sont elles-aussi profanée comme le Sacré-Coeur de Montmartre.

Et chaque jour, des  enfants sont insultés; juifs, musulmans, catholiques...

« Le monde est fatigué de la haine. » Gandhi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire