lundi 21 avril 2014

Au frontispice, un point d'interrogation!

 
Le patriarche d'Ukraine et celui de Russie meurent d'envie semble-t-il de se mettre sur la gueule au nom du même Dieu orthodoxe, tandis qu'ailleurs, en Syrie, des chrétiens auraient été crucifiés; mais qu'on se rassure, ils auront bien, ici où là, martyrisé quelques musulmans violant ainsi  la Loi d'amour commune aux religions.
Et donc les philosophes, parfois, de vouloir éradiquer la religion pour que vienne le règne de la raison et de la science.
Sauf qu'il arrive que l'une et l'autre soient assénées avec un sorte de violence et de certitude telle que cela semble vouloir remplacer un dogme par un autre et transférer le brave humain d'une prison mentale  à une autre.
Or le dogme n'est pas divin, c'est une création humaine, un outil de soumission des peuples, qu'il soit religieux ou laïc.
Je me demande donc s'il ne faudrait pas, au frontispice des bâtiments religieux, mais aussi d'Etat, retirer croix, croissants, étoiles, drapeaux et devises, pour les remplacer par un point d'interrogation.
Un simple point d'interrogation rappelant que tout, pour la sage, est doute et questionnement, ce qui conduit à ne vouloir aucunement asservir l'autre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire