lundi 21 avril 2014

L'auto-dissolution du député, miracle pascal

Souvent, ceux qui sont élus demandent qu'il leur soit accordé un respect dû à leur seule condition d'élu, sans regard aucun pour leur action; du seul fait qu'ils se dévouent pour les autre; mais pour eux d'abord, l'ambition étant légitime, d'ailleurs, si assumée,ce qui est rare.
Mais l'élection, hélas, ne confère ni la compétence, ni la hauteur de vue.
Le juriste, ainsi, se lamente devant cette mode sale de la textualisation folle: chacun veut son texte qui porte son nom, si possible.
Textes plus mauvais et bâclés les uns que les autres!
Les lumières s'éteignent, leur siècle est défunt.
Rappelons l'article 5 de la DDHC:
Article 5 - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.
Chaque loi, chaque décret, chaque arrêté qui intervient comme métastase réduit en fait la liberté du citoyen comme corde se serrant autour de son cou.
La loi doit être rare car elle limite la liberté du citoyen.
C'est si difficile à comprendre?
Si les députés voulaient nous rendre service, ils s'auto-dissoudraient!
La résurrection du Christ, la dissolution du député, belles espérances...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire