dimanche 13 avril 2014

La beauté de l'accusé selon Kafka



Quand on a bien l’expérience de la chose, on reconnaîtrait un accusé entre mille personnes. À quoi ? Me demanderez-vous ; ma réponse ne vous satisfera pas ; c’est à ce que les accusés sont précisément les plus beaux. Ce ne peut être la faute qui les embellit, puisque tous ne sont pas coupables — c’est du moins ce que je dois dire en qualité d’avocat —, ce ne peut être non plus la condamnation qui les auréole d’avance, puisque tous ne sont pas destinés à être condamnés ; cela ne peut donc tenir qu’à la procédure qu’on a engagée contre eux et dont ils portent en quelque sorte le reflet.

Franz Kafka, « Le procès »,



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire