jeudi 17 avril 2014

L'avocat croque-mort.

Les hommes politiques deviennent tous avocats pour faire des affaires.; y'en a marre, d'ailleurs.
Les retraités, pour avoir un complément de retraite.
J'ai même rencontré,un jour, au restaurant, un ancien employé de la ville de Marseille, devenus retraité, qui avait travaillé au service funéraire et qui est devenu avocat.
Avocat spécialisé en droit funéraire.
Il était jovial, pour un avocat croque-mort. 
Gourmand; bonne descente (je parle de descente de liquide, pas vers la tombe)
Je suis, cela étant, taquin, puisque la revue Résonances, dite" l'écho des professionnels funéraires" s'en était fait l'écho, (si je puis oser ce propos redondant), en évoquant un directeur des services funéraires de la ville de Marseille devenu avocat.
Il a toute compétence et légitimité à le faire, bien plus que les ministres qui cependant nous enterrent  également sous les impôts et déficits.
Mais, voilà, la déontologie de la profession ne permet pas l'inverse.
À partir du moment où l'on autorise les politiques et les retraités à l'intégrer, il va quand même bien falloir, sauf à souhaiter l'enterrer, permettre à la profession une plus grande liberté dans la diversification.
Il est absurde que je ne puisse, notamment, faire connaître mon éminent savoir-faire mortuaire à des clients potentiels.
Je peux déjà plaider à faire mourir d'ennui un juge (déjà bien endormi cependant) 
Et puis, maître de cérémonie pour des obsèques, je pourrai faire ça très bien.
défendre le matin, enterrer l'après-midi
J'ai depuis toujours, j'avoue, une vocation refoulée de croque-mort.
Il faudrait vraiment aérer (le mot n'est peut-être pas de circonstance) plus largement les incompatibilités professionnel
Parce que, là, crise oblige,, il y a comme un os.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire